RDC : Félix Tshisekedi, de « Champion des droits humains, au  » zappeur des DDH? »

RDC : Félix Tshisekedi, de « Champion des droits humains, au  » zappeur des DDH? »

L’engagement du président Felix Tshisekedi à faire de la RDC un état de droit au service de chaque citoyen semble piétiné.

Le rapport sur la criminalisation des acteurs des droits de l’homme en RDC, « RD Congo: les défenseur.se.s des droits de l’homme sur le banc des accusé.e.s » a été présenté ce 03 octobre 2022 à travers une conférence de presse en ligne, de Goma à Paris, en passant par Kinshasa.
Journalistes, activistes des droits humains et acteurs de la société civile ont pris part à ce partage.

Il ressort du document partagé à la presse que la première année du mandat de Félix Tshisekedi a été caractérisée par le retour de nombreux exilés politiques et la libération de détenus d’opinion pour valoir au président congolais la casquette de « Champion des droits humains ».

Cependant, ce rapport note une situation sécuritaire préoccupante nottament, dans l’Est de la RDC qui inquiète les défenseurs des droits de l’homme, dénonciateurs des violations « en toute impunité« , trois années après l’accession du président Tshisekedi à la Magistrature suprême.

Des activistes et acteurs DDH muselés, détenus et d’autres vivant sous des menaces perpétuelles., c’est entre autres indicateurs de ces actes qui caniballisent la liberté publique sous le régime actuel contre toute attente, à en croire ses débuts pourtant prometteurs dans le cadre de promotion d’un véritable état de droit.

Le paneliste Vicar Batundi, coordinateur de projet de la synergie  » Ukingo Wetu« , était le principal intervenant pour le compte de Projets RISC: Renforcer les initiatives pour secourir les défenseurs du Congo.

Pour sa part, Guillaume Guochon, chargé de Communication projets et partenariats pour « Agir ensemble pour les droits humains« , assurait la police de débat.

La Synergie Ukingo Wetu est un mécanisme de protection de defenseurs des droits humains en danger dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu.

Depuis 2021, elle a étendue ses activités dans le maniema et l’Ituri.
Grâce aux plaidoyers, des 97 détenus d’opinions, 65 ont été acquités.
Le projet est parti du 21 août 2022 et ira jusqu’au 31 juillet 2024.

ACTUALITES CULTURE EAST AFRICAN COMMUNITY ECONOMIE General NATION News Politics POLITIQUE POPULAIRE RDC