Goma : les filles mineures en situation difficile encadrées par le centre Dina célèbrent l’enseignement

Goma : les filles mineures en situation difficile encadrées par le centre Dina célèbrent l’enseignement

À l’occasion de la commémoration de la journée nationale de l’enseignement en RDC, ce samedi 30 avril, le centre Dina a honoré les enseignants qui encadrent au sein de son école des filles mineures en situation difficile.
Une centaine d’enfants, du secondaire et primaire, de l’école du centre Dina ont célébré avec leurs encadreurs à travers plusieurs activités.

C’est nottament le théâtre, la poésie, la danse traditionnelle, les jeux, le défilé de mode et le sport, pour marquer la convivialité et le climat d’entente qui caractérise enseignants et apprenantes au sein du lycée Dina/Goma.
Une opportunité pour les apprenantes en nutrition de faire une démonstration en art culinaire.

En effet, il s’est agit de préparer une recette en expliquant tous les ingrédients utilisés et leurs composantes nutritionnelles.
Toute l’assistance a été enthousiasmée par la promptitude des jeunes filles, en apprentissage, dans la préparation des « boulettes de manioc » selon les orientations d’un de leurs enseignants.

Après le repas prévu pour la circonstance, et partagé dans une ambiance bon enfant, quelques enfants ont adressé leurs remerciements particuliers au président du centre Dina, mr Rune EDVARDSEN pour son soutien à leur éducation qui n’aurait été possible, à en croire leurs déclarations.

 » Je suis arrivée ici en 2014 quand je ne savais ni lire ni écrire. Mon père est déjà décédé et ma mère était partie en Ouganda.
Ma famille ne pouvait pas me prendre en charge. C’est grâce à papa Rune EDVARDSEN que je suis aujourd’hui en huitième année », s’est confiée Jibu Olive.

Même sentiment exprimé par Soleil Mugisha. La dizaine, elle avoue avoir tout obtenu du centre Dina.

« Je ne peux que dire merci au président Rune et à maman Rosette Busime pour notre encadrement et tout ce qu’elle fait pour nous.
Nous sommes bien habillées, nous mangeons bien et tout se passe bien dans notre famille ici. Je remercie également nos enseignants pour tout ce qu’ils font en notre faveur », sourire aux lèvres, lâche Soleil.

Le centre Dina encadre aussi des jeunes filles vulnérables issues des familles sans possibilité.
C’est le cas de Divine Mukobya dont sa prise en charge est assurée, nettement, depuis maintenant 4 ans.

Je suis arrivée ici en 2018. J’ai commencé ici l’école secondaire. Mes parents avaient manqué l’argent pour me scolariser. Mon père ne travaille pas, il est aveugle. Je loue beaucoup l’aide de papa Rune à mon égard.
Je remercie sincèrement le centre Dina et maman Rosette qui me soutient dans toutes les circonstances », a-t-elle expliqué.

Dina est un centre qui encadre des filles mineures orphelines et survivantes des viols.
Il œuvre en ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, dans l’Est de la RDC et est viable depuis 2002.

En ce moment, Dina prend en charge 150 jeunes filles en situation difficile dont 50 qu’il interne et 100 de l’extérieur.
Depuis sa création, Dina a déjà encadré plus de 480 enfants.

-Par Jospin Hangi

ACTUALITES