Nord-Kivu: lutte contre la drépanocytose, la DPS rend hommage aux actions remarquables de l’AVSD

Nord-Kivu: lutte contre la drépanocytose, la DPS rend hommage aux actions remarquables de l’AVSD

L’Action des Volontaires pour la Solidarité et le Développement(AVSD) a célébré exceptionnement, le 21 juin à Goma, la journée internationale de lutte contre la drépanocytose.

Célébrée le 19 juin de chaque année, elle l’a a été en RDC le 20 juin sous le thème national  » Protection des drépanocytaires dans le contexte de couverture santé universelle »

Au Nord-Kivu, par contre, c’est l’AVSD qui est sortie du lot en date du 21 juin avec une conférence de sensibilisation et d’échange d’expériences dans le cadre de son programme de lutte contre la drépanocytose(PLDR), sous le thème » la drépanocytose et ses stéréotypes au contexte local ».
Ce, par l’entremise de ses thématiques d’encadrement sur le plan psychologique, socioéconomique et sur le plan diététique et nutritionnel.

L’AVSD a présenté, à cette occasion, les actions qu’elle mène en faveur des drépanocytaires en ville de Goma et ses environs dans le cadre de son programme susmentionné.

C’est nottament l’accompagnement psychologique des patients de cette maladie qui reste peu connue avec pour conséquence une forte mortalité.

 » touchés par la situation des victimes de cette maladie, nous avons trouvé qu’au Nord-Kivu les drépanocytaires ne sont pas encadrés.
On les a approché pour comprendre leur problème. ce sont des personnes qui souffrent énormement. Elles sont tous les jours à l’hôpital à la suite des crises.
Nous avons remarqué qu’il n’y a pas de prise en charge appropriée pour cette catégorie de patients. Ils n’ont pas commis de pêché pour souffrir de cette maladie. Nous sommes allés questionner les responsables oeuvrant dans le domaine de santé. Par la suite, nous avons essayé de réunir les victimes pour leur remonter le morale. Elles ont été réunies dans une association pour qu’elles soient consolées, conseillées en attendant des personnes de bonne volonté en vue de leur traitement approprié. », Explique madame Emmanuella Vasikya, secrétaire exécutif de l’AVSD.

L’AVSD met, dans ses plaidoyers, un accent sur le traitement de cette maladie qui impose des transfusions sanguines chroniques, d’où la nécessité des moyens conséquents.

 » On a fait assez de plaidoyers en faveur des drépanocytaires.
On s’est toujours demandé pourquoi pour les malades du VIH SIDA il y a autant d’accompagnement, les centres de référencement, de dépistage et des médicaments(ARV) toujours disponibles. Mais cela n’est pas le cas pour les malades de drépanocytose, pourtant leurs médicaments, les hydréas, coûtent trop cher.
Les patients sont aussi toujours en danger.
Ils piquent des crises en répétition. Nous avons même enregistré des décès parmi les bénéficiaires de nos actions.
Nous lançons un cris d’alarme aux partenaires de santé de se préoccuper de ces personnes qui ont développé des
blessures intérieures.
La drépanocytose semble être une maladie oubliée par les acteurs de santé. Les patients ont besoin d’aide en nutrition et médicament.
Les enfants drépanocytaires sont parfois marginalisés dans la communauté. », alerte Emmanuella Vasikya.

De son côté, Janvier Kubuya, chef de division provinciale de santé au Nord-Kivu salue l’initiative de l’AVSD et reconnaît l’existence et la dangerosité de la drépanocytose en province.

 » Il s’agit d’une des maladies de sang qui se manifeste par l’anémie, manque de sang.
Nous encourageons l’avsd pour l’initiative. Sans la participation des associations, ONG, l’état ne peut pas lui-même répondre de manière efficace à toutes les problématiques de santé. Des telles initiatives de sensibilisation vont aider et accompagner l’état dans la lutter contre les problemes de santé.
L’opinion doit comprendre que la drépanocytose c’est une maladie présente au Nord-Kivu. C’est à l’Ouest de la RDC où il y a beaucoup de cas mais ceux qui sont ici ont le droit de vivre.
Nous planifions des actions de lutte contre les maladies dont la drépanocytose.
Les drépanocytaires ne sont pas oubliés », rassure le docteur Janvier Kubuya.

Dans la foulée, un drépanocytaire a fait un témoignage émouvant.

 » Il est vrai que je fais des crises. Cependant cela ne peut pas aller au-delà de 3 à 4 jours.
Je peux me sentir en bonne santé aujourd’hui mais tu apprends que demain je suis à l’hôpital. Mais j’accepte ma situation et j’assume grâce à l’accompagnement de l’AVSD ».

En RDC, environ 40.000 naissances d’enfants drépanocytaires sont estimés chaque année.

Dans une stratégie pour la région africaine parue en 2011, l’OMS estime à au moins 2% le taux de prévalence de la drépanocytose dans ces pays.

La drépanocytose est une maladie génétique qui affecte les globules rouges, responsables du transport de l’oxygène dans le sang. Le plus souvent diagnostiquée à la naissance, elle se traduit par de l’anémie, une plus grande vulnérabilité aux infections et des crises douloureuses affectant divers organes.


Par – Jospin Hangi

ACTUALITES EAST AFRICAN COMMUNITY General Health NATION News POPULAIRE RDC